See You in L.A.

ÉCOUTEZ DYE CRAP SUR  :

See You In L.A.

L’ambiance californienne des 90’s : sea, skate & sun”

GENRE : Skate Punk

INFLUENCES

Blink 182 – Black Lips – Dune Rats

RETROUVEZ DYE CRAP SUR :


EXTRAITS DE PRESSE

de la fin des Baked Beans, les Rouennais de Dye Crap en ont gardé l’énergie qui les habitait. Derrière “My Shits”, premier titre aux sonorités faussement early-80’s, le groupe enchaîne morceaux punkrock (“Booze Cruise”, “Still Wasted”) et garage (“Abandon Ship”, “Fight”) qui rappelleraient l’esprit des, maintenant, énormes Johnny Mafia – humour compris – (“Cooloroonie”) s’ils n’avaient pas choisi d’être plus gras, plus sales, plus lourds (“Candies”). Au final, un autre groupe à mettre dans la liste du renouveau actuel de la scène frenchie. Ici, on adore. Rolling Stone

 

Le nouveau groupe incontournable de la scène rock indé française  ! Il y a seulement deux mois, les rouennais s’introduisaient au monde et posaient leur griffe avec My Shits. Après la sortie de deux autres singles, Cooloroonie et Daily Routine, l’album éponyme voit le jour. Flopée de guitares, de riffs et effets old school, les titres punks et solaires – Fight, Enemies – se mêlent à des teintes plus mélancoliques – Game Boy, Daily Routine. Si vous aimez le garage-punk et l’indie-pop, Dye Crap est fait pour vous !Maze

 

“Le groupe lance dix titres d’un rétro générationnel indémodable. Avec cette formule affinée, DYE CRAP entretient la flamme de ces entités comme Fuzz, qui s’appliquent avec toujours plus d’entrain à persévérer dans des genres musicaux increvables.” Manifesto XXI

 

“La ville la plus productive des deux dernières années : Rouen. À chaque clignement d’œil, un nouveau bon groupe sort. Le dernier album issu du centre de formation normand s’appelle Dye Crap, qui est également le nom du groupe. Pratique. Ce disque à la pochette nostalgique va puiser dans le garage. Une sorte de FIDLAR en plus doux. La quatuor nous invite dans son rêve poétique ou dans sa poésie rêveuse, c’est selon.” Rock&Folk

 

Dye Crap a, dans ses accords plaqués de gratte, la rage et le talent des anciens. Porté dans le rock garage, quasi-punk anglais, le quatuor frappe fort pour ce premier disque.” L’Obs